Twitter
Facebook
Google Plus
Linkedin
Viadeo

Sylvain Blondin revient sur « Le scandale sanitaire de la viande de cheval !» 1ère partie

15 | 08 | 2013Posté par Sylvain BLONDIN

L’agence suédoise de sécurité alimentaire a trouvé des traces de viandes de cheval dans les boulettes de viande vendues dans les  cafétérias des magasins Ikea. En Grèce, c’est de la viande de cheval dans du bœuf surgelé importé de Roumanie. Ce sont les dernières nouvelles de ce début de semaine, suite au scandale de la viande de cheval retrouvé dans les lasagnes Findus. Et cela ne s’arrête pas là. Au moins six pays affirment avoir trouvé du cheval dans des lasagnes surgelées: la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Suisse, la Suède et la Norvège.

Comment en est-on arrivé là ? Plusieurs hypothèses sont mises en avant, notamment une loi de 2008 qui interdit aux attelages appelés « caruta [1]» de circuler sur les routes. On les considère en effet comme responsables de 10% des accidents de la route. Il faut noter qu’ils sont toutefois autorisés à circuler sur les chemins de campagnes. On accuse également la motorisation de l’agriculture, qui a envoyé directement certains chevaux roumains à l’abattoir, mais aussi d’autres livrés à eux-mêmes et redevenus sauvages, pour former des hordes. Spécialiste de la ROUMANIE depuis plus de 23 ans et connaissant bien ces problèmes, Sylvain BLONDIN en parle avec connaissance. « Cela ne me surprend pas du tout, il y a longtemps que j’ai essayé de prévenir les autorités sanitaires, et certaines personnalités, mais les lobbies et les intérêts financiers sont plus forts que mes simples dénonciations… Pourtant, j’en ai vues des choses ! Nous confit-il sans vergogne.

J’ai pu voir des troupeaux de chevaux rassemblés dans d’anciens combinards[2], élevés intensivement, pour ensuite partir vers des abattoirs en vue d’être transformés en saucissons, comme par exemple à SIBIU où des préparations sortent de certaines usines et fabriques. Mais attention ! Car il faut également parler des conditions sanitaires qui sont rarement au rendez-vous, sauf dans des structures à la dimension internationale. Combien de petites et moyennes structures, qui ne sont pas aux normes pratiquent ce genre de trafics… Beaucoup ! confie Sylvain BLONDIN.

Je parle de la Roumanie, qui est montée du doigt, mais il ne faut pas oublier que certaines pratiques très douteuses et frauduleuses pour d’autres productions, se passent dans la communauté Européenne comme la Bulgarie, la Hongrie. Exemple, les foies gras, les œufs, les dindes, les buchettes de fromage de chèvre… qui ont l’origine de France, mais dont la production initiale vient de ces pays ou de lointaines contrées… Cela fera partie d’une étude en cours, et qui sera rendue publique.

L'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture a recensé 834 000 chevaux dans le pays, en  2006. Il n’en restait plus que 610 000 en 2011, dont 154 000 qui ont disparu entre 2010 et 2011. Il ne faut pas minimiser le problème, on ne trouve pas seulement  des traces de viande chevaline, mais parfois jusque 100% !

Mais en plus du problème de fraude et des fausses étiquettes, ne faut-il pas voir aussi les enjeux sanitaires et les conséquences de l’utilisation de ces produits ? Vers quoi cela nous mène-t-il ?

La contamination de la viande est au centre des débats. En effet, ce qui inquiète c’est le phénylbutazone, un  puissant anti-inflammatoire utilisé pour soigner les chevaux, que Robin Hargreaves, de l’Association britannique des vétérinaires décrit comme "Un médicament qui ne devrait jamais entrer dans la chaîne alimentaire des humains". Cet agent anti-inflammatoire et analgésique est interdit en France pour les animaux destinées à la consommation humaine car il pourrait provoquer de "graves réactions", souligne-t-il, comme l’anémie aplasique (diminution de la production de globules rouges servant à transporter l’oxygène dans le corps)

L'Union européenne a décidé de lancer une campagne de tests ADN pour contrôler la présence éventuelle de viande de cheval sur les produits étiquetés «bœuf» dans tous les états membres. Des tests complémentaires pour déceler la présence de phénylbutazone ont également été recommandés. Et combien ces tests vont-ils encore coûter ?

L'ensemble de la campagne devrait s’élever à  3 millions d'euros, à raison de 400 euros le test, dont la moitié sera prise en charge par l'Union européenne. La première campagne aura lieu du 1er au 30 mars. Si les tests s’avèrent positifs, d’autres campagnes pourraient voir le jour dans les deux mois qui suivent.

En ce qui concerne l'anti-inflammatoire, 4 000  tests sont préconisés, dont 2 500 sur de la viande de l'Union et 1 500 sur de la viande importée.

Le but, de l’importation de viandes roumaines, est-il que le fermier français devienne encore plus compétitif face à une concurrence roumaine qui recycle des chevaux malades en faux-bœuf ? Un agriculteur par jour se suicide en France, pays qui fut admiré de par le monde entier pour sa façon de cultiver, d’élever, de cuisiner et de manger.

Une fois de plus, ce sont les pays de l’Est qui font parler d’eux, le premier… la Roumanie.

Après les roms, les réseaux de détachement de personnels qui viennent concurrencer les emplois en France, les médecins dont la fiabilité de leurs engagements est plus que douteux, le pays qui connaît le plus grand nombre de personnes contaminées par le SIDA et par habitant, la prostitution, la corruption… La liste est longue, et cela devient habituel  que ce genre d’événement fasse partie des actualités.

C’est pour cela qu’il est important de dénoncer ces genres de pratiques, et que l’association BIG BANG apporte son concours pour dénoncer et lutter contre ces pratiques, mais aussi, d’apporter ses compétences en vue d’informer, former ces populations pour une meilleur intégration au sein de la communauté Européenne.

« La Roumanie est un pays magnifique pour y passer des vacances, mais pour y travailler… Un enfer ! » nous explique Sylvain BLONDIN dans son communiqué de presse.

Pour sensibiliser un large public sur la gravité de ces phénomènes, il a publié un ouvrage en novembre 2012 « Zones rurales, à votre santé ! » aux éditions Ginkgo, disponible en librairie, qui rend public ses travaux.

Téléchargez gratuitement la première partie en cliquant à ICI

Film sur les désertifications médicaleshttp://www.youtube.com/watch?v=WRN0mWGSDh4

Site : www.asso-big-bang.eu

Contact presse : mail president@asso-big-bang.eu 

Tél : 03 29 83 20 12

[1] Légendaires charrettes tractées par un ou deux chevaux -voir photo 1

[2] Anciennes grandes exploitations agricoles à l’époque de Nicolae CEAUSESCU, ayant été saisies au paysan du temps du communisme – sorte de coopératives géantes de l’état où les personnels étaient fonctionnaires.

0 Commentaires

Poster un commentaire

Si vous avez une question alors utiliser le forum pour une réponse sûre.

Votre Nom :

Votre commentaire: