Twitter
Facebook
Google Plus
Linkedin
Viadeo

Pénurie d’ophtalmologistes !“

15 | 08 | 2013Posté par Sylvain BLONDIN

La profession d’ophtalmologiste est menacée… Les praticiens sont inquiets !

« On est au seuil d'une catastrophe sanitaire » estime le président de leurs syndicats.

Comme pour toutes les autres branches de la santé, en cause, les nombreux départs en retraite, l’augmentation des activités, et le numérus clausus instauré inadapté. Aujourd’hui on ne forme que 80 spécialistes par an alors qu’il en faudrait le double. Conséquence, on estime que leur effectif devrait décroître de 44% dans les 20 prochaines années, c’est la diminution la plus rapide dans le domaine de la santé.

Mais d’autres facteurs entre en ligne de compte. L’héliotropisme médical, l’installation des médecins sur les côtes française, est un fléau pour les professions médicales. Et la recherche du profit pousse les praticiens à s’installer à Paris. Dans le reste de la France les délais pour prendre rendez-vous peuvent atteindre un an, voire plus.

Ces longs délais d'attente peuvent menacer la santé des patients. Le risque, c'est un retard de diagnostic, comme pour la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge- 1,3 millions de personnes touchées) par exemple, si elle n’est pas prise sous 3 à 4 mois, il est trop tard et il y des risques d’handicape visuel.

Les pays anglo-saxon, pour faire face à cette pénurie, ont créé une profession intermédiaire entre l’opticien (celui qui fabrique et vend les lunettes) et l’ophtalmologiste (celui qui traite les affections de l'œil et corrige les troubles de la vision). Ce métier c’est celui d’optométristes. Ils ne sont pas reconnus en France car ils n’ont aucun contact avec la faculté de médecine, n’ont pas fait de stage en milieu hospitalier et ne connaissent pas les maladies de l’œil.

« Un nouveau métier apporterait juste de la confusion chez les patients » estime Laurent MILSTAYN, président du Syndicat national autonome des orthoptistes.

Alors quelles sont les solutions pour faire face à cette pénurie ? Contraindre les ophtalmos à s'installer dans les zones où les besoins sont les plus importants ? Ce n'est pas à l'ordre du jour. Ce que préconise le ministre de la santé Xavier, des opticiens pour décharger les cabinets des ophtalmologistes.

Cette mesure de transfert de certaines compétences, de l’ophtalmologue à l’opticien, permet de soulager en partie les activités, mais ne résout en rien la pénurie de praticiens. Cela n’apporte une réponse satisfaisante au manque de praticiens en France. D’autant plus que le phénomène va s’accentuer dans les années à venir, car plus de 21 % de ces professionnels de la santé, vont partir en retraite d’ici 2014. Qu’allons-nous faire ? Explique Sylvain BLONDIN

L’association BIG-BANG lutte contre les désertifications médicales, propose des solutions à l’installation de médecins en zones rurales, afin que notre santé ne soit pas négligée.

Novembre 2012 sortie de l’ouvrage “Zones rurales… A votre santé ! Auteur : Sylvain BLONDIN

0 Commentaires

Poster un commentaire

Si vous avez une question alors utiliser le forum pour une réponse sûre.

Votre Nom :

Votre commentaire: