Twitter
Facebook
Google Plus
Linkedin
Viadeo

« Les accidents médicaux encore trop fréquents »

28 | 06 | 2012Posté par Sylvain Blondin

Une compresse oubliée, un mauvais dosage, une erreur de médicament, les fautes médicales sont tristement courantes. Entre 300 000 et 500 000 évènements indésirables graves surviennent chaque année dans les hôpitaux français.

Les chirurgiens sont les praticiens les plus exposés: en 35 ans de carrière, chacun d’eux serait mis en cause en moyenne 17 fois dans leur vie professionnelle. Une rupture dans la continuité des soins, le non-respect des recommandations ou un professionnel stressé et qui ne sait pas travailler en équipe peut provoquer la faute.

Cependant, tous ces accidents ne sont généralement pas dus à des erreurs commises par le soignant seul. Dans la majorité des cas il s’agit d’une accumulation de petites défaillances: une erreur d’étiquetage d’un flacon ou une mauvaise case cochée, c’est en fait l’organisation qui est remise en cause. Par exemple les infirmières sont fréquemment dérangées lorsqu’elles effectuent leurs tâches, on peut donc en déduire les risques et les conséquences.

Ainsi, le problème récurrent et le plus souvent en cause est le manque de communication ! La mauvaise transmission des informations entre les professionnels médicaux et le manque de coordination entre les équipes sont à l’origine de nombreux accidents médicaux.

Face à ce constat alarmant des mesures sont mises en place progressivement pour améliorer la sécurité des soins. Parmi celles-ci, l’utilisation d’une check-list, recommandée depuis quelques années par la HAS et qui permet d’améliorer le travail en équipe. Cette procédure est directement inspirée du secteur de l’aéronautique, où les pilotes sont tenus de respecter un protocole strict avant le décollage. Cette méthode permet de vérifier de manière croisée au sein de l’équipe, un certain nombre de critères essentiels (nom du patient, type d’anesthésie…) et d’améliorer les échanges d’informations. L’efficacité des check-lists est aujourd’hui incontestée mais malheureusement bien trop peu exploitée et le partage des informations au bloc est encore insuffisant. De la même manière, elle n’est pas assez utilisée comme support d’analyse des situations qui donnent lieu à incident.

Il ne faut pas oublier que dans un contexte de pénurie de praticiens, d’engorgement des urgences, les professionnels de santé sont de plus en plus sollicités et surchargés de travail, ce qui n’arrange en rien la situation. Sylvain Blondin et l’association Big-Bang, dénoncent ces failles et encouragent la mise en place de mesures pour pallier à ces diverses problématiques.

« Zones rurales… A votre santé ! » Disponible dans toutes les librairies

0 Commentaires

Poster un commentaire

Si vous avez une question alors utiliser le forum pour une réponse sûre.

Votre Nom :

Votre commentaire: