Twitter
Facebook
Google Plus
Linkedin
Viadeo

« La cardiologie, bientôt en crise »

30 | 04 | 2012Posté par Sylvain Blondin

Pas une semaine ne passe sans que la grande presse évoque les problèmes de démographie médicale à venir, et les inquiétudes de la population française face à ce qui est devenu sa préoccupation première : la Santé. La spécialité «Cardiologie et Maladies vasculaires» a connu un développement spectaculaire depuis vingt ans, y compris dans ses effectifs. Mais elle connaîtra elle aussi un déclin démographique dans les prochaines années.\"\"

L\'analyse de la densité en Cardiologues fait apparaître de fortes disparités entre les régions, mais aussi à l\'intérieur d\'une même région. Pour une moyenne nationale de 9.4 cardiologues pour 100 000 habitants, certaines régions comme la Picardie sont à seulement 6,1 …

La demande de soin en pathologie cardio-vasculaire va inévitablement augmenter et se diversifier. D’autant plus, que les populations sont vieillissantes, et l’espérance de vie rallonge (1 trimestre par an), entrainant des pathologies nouvelles et de plus en plus lourdes à gérer. Pour tenter de maintenir un niveau acceptable entre demande et offre de soin, plusieurs propositions peuvent être faites. La création de pôles de santé ou de cabinets de groupe préserveraient une offre cardiologique de proximité dans les zones géographiquement défavorisées.

C’est cette option est mise en évidence par Sylvain BLONDIN président de l’association BIG-BANG. Ils luttent contre les déserts médicaux en France et pour une proximité des soins équitables à tous. La création de pôle de santé à toujours été pour lui la solution pour avoir une offre de soins adaptée à tous.

Mais il est d\'ores et déjà évident que même si ces propositions sont acceptées par la profession et les pouvoirs publics, elles ne sauraient répondre à la diminution du nombre de cardiologues en formation.

Pour maintenir stable la démographie actuelle, il faudrait former environ 200 nouveaux médecins spécialistes de Cardiologie et maladies vasculaires chaque année ! Remonter ce chiffre à 140-150, soit le nombre qui précédait la publication de la circulaire de Mai 1997, constituerait déjà un premier pas significatif !

0 Commentaires

Poster un commentaire

Si vous avez une question alors utiliser le forum pour une réponse sûre.

Votre Nom :

Votre commentaire: