Twitter
Facebook
Google Plus
Linkedin
Viadeo

Orthophoniste : Une profession mal reconnue

27 | 04 | 2012Posté par Sylvain Blondin

La vie moderne ne pardonne plus le moindre problème de communication. Il ne s’agit même plus de se faire comprendre, mais d’être en mesure de convaincre. Les orthophonistes restent les seuls professionnels à pouvoir corriger ses problèmes. Aujourd’hui, chacun d’entre nous est susceptible d’avoir à faire à un orthophoniste dans sa vie. Que ce soit pour des problèmes de dyslexie lorsqu’on est jeune ou pour un début d’Alzheimer à la vieillesse. Et ces cas ne sont pas les seules pathologies prises en charge par les orthophonistes.

Un défaut d’élocution suite à un accident vasculaire cérébral, l’apprentissage du langage œsophagien après une opération ou même des problèmes de déglutitions sont soignés par les  Cela concerne beaucoup plus de maladies qu’on ne pense. Un secteur paramédical par conséquent indispensable à la santé publique mais qui connaît pourtant une très grave pénurie. Alors que la moyenne nationale est de 30 praticiens pour 100 000 habitants, elle tombe à 22 en Franche-Comté et 18 dans le Jura. Les causes sont les mêmes que pour les autres professions médicales, mais l’orthophonie jouit d’une contrainte majeure en plus : elle est très mal reconnue.

Pour devenir orthophoniste, il faut passer un concours très sélectif (3 à 5% d’admission), ce qui complique énormément la formation de nouveaux praticiens. Le métier d’orthophoniste nécessite cinq années d’études universitaires après le bac. Ils  ne sont pourtant pas reconnus comme des docteurs mais des auxiliaires médicaux. De plus, dans le cadre de l’harmonisation européenne des diplômes, le ministère dela Santétarde à reconnaître leur niveau master.

Le Gouvernement souhaiterait raccourcir cette formation à trois ans mais cela ôterait du cursus l’apprentissage qui permet aujourd’hui aux orthophonistes de soigner des patients adultes.

Il est donc primordiale que la profession d’orthophoniste soit mieux reconnue par le Gouvernement afin d’attirer les jeunes vers cette formation, et de limiter la pénurie qui sévit dans plusieurs régions françaises. Les délais pour un rendez-vous atteignent aujourd’hui plus d’un an dans certaines régions… Inconcevable pour une patientèle qui souffre déjà des causes des désertifications médicales.

 

0 Commentaires

Poster un commentaire

Si vous avez une question alors utiliser le forum pour une réponse sûre.

Votre Nom :

Votre commentaire: