Twitter
Facebook
Google Plus
Linkedin
Viadeo

Orthophoniste : Une profession mal reconnue

27|04|2012 09:04:42Posté par Sylvain Blondin

La vie moderne ne pardonne plus le moindre problème de communication. Il ne s’agit même plus de se faire comprendre, mais d’être en mesure de convaincre. Les orthophonistes restent les seuls professionnels à pouvoir corriger ses problèmes. Aujourd’hui, chacun d’entre nous est susceptible d’avoir à faire à un orthophoniste dans sa vie. Que ce soit pour des problèmes de dyslexie lorsqu’on est jeune ou pour un début d’Alzheimer à la vieillesse. Et ces cas ne sont pas les seules pathologies prises en charge par les orthophonistes.

Un défaut d’élocution suite à un accident vasculaire cérébral, l’apprentissage du langage œsophagien après une opération ou même des problèmes de déglutitions sont soignés par les  Cela concerne beaucoup plus de maladies qu’on ne pense. Un secteur paramédical par conséquent indispensable à la santé publique mais qui connaît pourtant une très grave pénurie. Alors que la moyenne nationale est de 30 praticiens pour 100 000 habitants, elle tombe à 22 en...

...

Les personnes âgées : Victimes de la désertification médicale

27|04|2012 09:04:38Posté par Sylvain Blondin

Sylvain BLONDIN a déjà évoqué la précarité des personnes âgées lors d’un récent communiqué de presse. Preuve de ce qu’il avançait, la ville de St Brieuc et sa région témoignent de la problématique des désertifications médicales en France et plus particulièrement dans les zones rurales. A cause de ces désertifications médicales, l’agenda des médecins qui résistent aux zones rurales est complètement chargé. Ils ont des rendez-vous prévus plusieurs mois à l’avance en dépit de leur vie privée.

C’est pourquoi, entre minuit et 8heures, le seul moyen d’être pris en charge par un médecin est de se diriger vers les urgences. Malheureusement, lorsque nous habitons en pleine campagne, celles-ci se trouvent très souvent trop éloignées. Ce n’est pas facile pour les habitants en zones rurales et encore moins pour les personnes âgées !

Les jeunes médecins ne veulent pas venir exercer en milieu rural par peur d’avoir autant d’heures de travail que leurs prédécesseurs. Malgré plusieurs mesures...

...

Mise en place d'un partenariat de formation en Algérie

27|04|2012 08:04:26Posté par Sylvain Blondin

CEFC Médical (Centre Européen de Formation et de Conseil) organisme de formation certifiantes, immatriculé sous le numéro 45 55 00393 55, est en cours de développement de partenariats Franco-Algérien avec le ministère de la santé, de la population et de la réforme Hospitalière ainsi que le ministère de la Formation et de l’enseignement professionnels en Algérie, pour participer au développement de la VAE (Validation des Acquis et Expériences).

Ce dispositif permettrai l’obtention d’un titre à finalité professionnelle ou certificat de qualification professionnelle, sur la base d’une expérience professionnelle salariée, non salariée (commerçant, collaborateur de commerçant, profession libérale, agriculteur ou artisan…) et/ou bénévole (syndicale, associative) et/ou volontaire.  L’idée, est que toute personne engagée dans la vie active, accède à un droit de faire valider ses acquis et ses expériences, quels que soient son âge, son statut et son niveau de formation, en vue de pouvoir...

...

Interview Radio

20|04|2012 02:04:28Posté par Sylvain Blondin

\"\"Hier soir Sylvain Blondin est intervenu en direct sur megafm. L\'occasion de revenir sur son combat pour la lutte contre les desertifications médicales et ses actions envers les politiques afin que des mesures soient prises.

Dans son ouvrage publié le 15 mai, Sylvain Blondin propose des solutions efficaces et durables pour soigner notre système de santé. Il organisera des conférences dans toute la France à partir de 22 mai 2012.

Pour réécouter l\'émission radio:

http://www.megafm.fr/sons/info/19-04-12.mp3

Un grand merci à megafm et à Paul Barcelonne pour cette interview

N\'hésitez pas à nous contacter pour toute information

www.asso-big-bang.eu / redac@asso-big-bang.eu

...

« Difficulté d’accès aux soins dans les banlieues »

17|04|2012 08:04:58Posté par Sylvain Blondin

La désertification médicale est un fléau qui touche aujourd’hui une majorité de zones en France, principalement rurales, dans lesquelles la population se retrouve abandonnée par les soins de proximité. On estime à 11 000 le manque de spécialistes  en France, pour la grande partie des généralistes. Dure réalité sur tout sur tout le territoire. Par conséquence, on retrouve ce problème dans toutes les professions médicales et paramédicales. Premiers concernés, les pharmacies, qui sans médecins et prescriptions, se retrouvent désertées par les patients.

On parle beaucoup des zones rurales, mais on oublie souvent de parler d’une autre partie de la France et de la population, elles aussi délaissée par la médecine : les banlieues !

\"\\"\\\\"\\\\"\\"\"Avec 0,59 généraliste pour 1000 habitants, les banlieues se trouvent aussi démunies face au problème de la désertification médicale.

Plusieurs facteurs en sont la cause : premièrement, des  difficultés linguistiques, pour les résidents d’origine étrangère....

...

« La pénurie des dentistes »

17|04|2012 08:04:11Posté par Sylvain Blondin

Les chirurgiens dentistes font parti des professions médicales au même titre que les médecins et les sages-femmes. Ils sont formés au bout de 6 ans d’études. La Drees (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques) a évalué au 1er Janvier 2009, 41 116 praticiens en France métropolitaine, soit 67 praticiens pour 10 000 habitants. Le nombre d’admis en 2ème année a atteint 1 097 à la rentrée 2009. L’âge moyen des praticiens en activité a atteint 48ans en 2009, soit près de 3ans de plus qu’en 2000. 60% d’entre eux ont entre 40 et 59ans mais la classe d’âge la plus importante se situe entre 50 et 54ans. Dans les prochaines années, il est prévu un important départ à la retraite comme chez les médecins. Pour les chirurgiens dentistes, il est évalué à 20 000 praticiens.


Les praticiens de la HAUTE-NORMANDIE avaient en moyenne une trentaine de patients par jour. En effet, 700 praticiens pour 1 800 000 habitants sont insuffisants. Les jeunes dentistes...

...

« La précarité des personnes âgées »

17|04|2012 08:04:47Posté par Sylvain Blondin

C’est par le nombre important d’entrées des personnes âgées dans les centres d’accueils pour SDF que la Fondation Abbé Pierre s’est rendue compte que cette tranche d’âge se retrouve délaissée par tous les services de notre société. En effet, 600 000 personnes âgées vivent avec le minimum vieillesse qui s’élève à 600 euros par mois, soit en-dessous du seuil de pauvreté.

La population française est de plus en plus vieillissante à cause du nombre de départ à la retraite de la génération du baby-boom. Le montant de la retraite diminue alors que celui des loyers n’arrête pas d’augmenter. La Fondation Abbé Pierre évalue à plus d’1 million le nombre de personnes âgées qui seront en-dessous du seuil de pauvreté dans 10ans. De plus en plus de personnes-âgées sont en situation de dépendance, c’est-à-dire qu’il est impossible pour elles d’effectuer des activités de la vie quotidienne et de s’adapter à son environnement seules.

L’espérance de vie augmente, mais ces années gagnées, sont-elles...

...

« La proximité des laboratoires menacée ? »

16|04|2012 02:04:40Posté par Sylvain Blondin

Depuis l’ordonnance BALLEREAU validée par l’ancienne Ministre de la Santé et des Sports Roselyne BACHELOT en Janvier 2010, l’existence des petites structures de laboratoires est menacée par leur remplacement par des plateformes d’analyses qui concentreraient des grands laboratoires d’analyses médicales et biologiques. D’ici 2016 cette ordonnance sera mise en place et la disparition des laboratoires de proximité sera établie. Tout cela pour faire des  économies en ces temps de crise.

Une seule plateforme par département serait mise en place car les laboratoires seront munis de machines plus performantes et l’Etat souhaite également réduire le remboursement des examens sanguins, voilà pourquoi les laboratoires doivent se regrouper.

Cette ordonnance intègre la médicalisation des processus. En effet, la présence des médecins biologistes est obligatoire pour toutes les étapes de l’analyse biologique. De plus, un qualiticien sera responsable de vérifier l’accréditation du laboratoire....

...

« La situation préoccupante des femmes enceintes et des enfants »

16|04|2012 02:04:29Posté par Sylvain Blondin

Aujourd’hui, l’accès aux soins représente un nouveau débat dans l’égalité entre les hommes et les femmes. En effet, 68% des femmes enceintes n’ont pas accès aux soins prénataux et plus de la moitié présente un retard dans le suivi de leur grossesse selon Médecin du Monde. D’après l’OMS, près de 530 000 femmes décèdent chaque année pendant la grossesse ou l’accouchement. Les situations précaires des femmes ne cessent d’augmenter ce qui rend le suivi des grossesses très difficile à établir et de graves conséquences pour la période de grossesse. Un premier contact tardif avec un médecin, un nombre de consultations prénatales et d’échographies insuffisant, le manque de dépistage d’éventuelles pathologies liées à la grossesse, etc.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces conséquences. Les étudiants en médecine sont de moins en moins attirés par le métier de gynécologue obstétricien, le numerus clausus limite le nombre de place de médecins ce qui réduit considérablement le nombre de...

...

« L’avenir de la kinésithérapie s’assombrit pour les territoires ruraux. »

12|04|2012 11:04:16Posté par Sylvain Blondin

La France avec un nombre total de 60 000 kinésithérapeutes, dont 40 000 en pratique libérale et 20 000 en pratique salariale,  pourrait bientôt connaitre une pénurie de ces praticiens.

En effet, selon la fédération française des masseurs kinésithérapeutes, d’ici à 2015, ce nombre sera en forte diminution et entrainera de graves tensions médicales dans les zones les plus reculées.

Les causes sont connues : un numérus clausus fixé en première année de médecine qui diminue le nombre de candidat potentiel pour occuper un poste de kinésithérapeute. De même que la difficulté à recruter et à installer des praticiens étrangers réellement motivés pour occuper un tel poste. Enfin, des conditions de travail dans les zones rurales qui ne permettent pas une pratique sereine de l’activité.

Le praticien installé seul dans son cabinet doit faire face à des journées très chargées. Il ne pourra pas prendre de congés car il sera alors dans l’impossibilité de permettre une continuité de soin aux...

...